9 conseils de Michel Leclercq (Décathlon) pour plus de gens plus heureux

Depuis le début de l’année j’ai l’immense chance d’avoir rejoint Réseau Entreprendre Paris comme Lauréate en tant que co-fondatrice de Oui Are Makers. Outre l’échange de conseils et de bonnes pratiques entre entrepreneur(e)s, nous avons souvent l’occasion de pouvoir écouter le parcours d’entrepreneurs aguerris.

Ce matin-là les paroles de Michel Leclercq, père fondateur de Décathlon, ont particulièrement résonné en moi. Et comme souvent pour les belles choses que je reçois, j’ai envie de les partager à mon tour par ici.

Printable !

Je ne vais pas vous refaire la bio de cet homme qui a démarré chef de rayon dans le premier magasin Auchan monté par son cousin Gérard (Mulliez), vous trouverez tout ce qu’il faut sur la toile. Notons tout de même la cap symbolique des 10 Milliards de CA franchi par Décathlon l’année dernière, qui donne encore un peu plus de poids (s’il en fallait) à l’homme qui s’adresse à nous ce matin-là.

Après avoir oeuvré toute sa vie au développement de son entreprise fondée en 1976, Michel Leclercq a passé les manettes opérationnelles en 2009 à son fils, et cherche aujourd’hui à transmettre son message autour d’un projet qui lui tient à coeur : « Plus de gens plus heureux ». A travers cette association qu’il a fondée l’année dernière, il souhaite encourager les porteurs-ses de projets à aligner valeurs humaines et ambition, pour que collaborateurs, utilisateurs et clients soient plus heureux.

J’ai synthétisé 9 pensées fortes autour des thèmes évoqués.
(En italique les phrases de Michel Leclercq).

  • Le but de l’entreprise est de faire gagner les hommes
Faites tout pour les collaborateurs en premier,
ensuite pensez à améliorer votre produit pour son utilisateur,
puis seulement à la fin mettez les actionnaires. 
  • L’écoute avant la décision 
Sur mon petit carnet il est écrit : « LEAP » , ce qui signifie  « Leclercq écoute avant de parler!»
Le bon patron écoute puis il décide. 
Écouter ses clients, ses collaborateurs, ses concurrents…
Chez Décathlon chaque mois les collaborateurs ont un entretien individuel avec leur patron pendant lequel il explique ce qu’il a fait, les résultats obtenus, ce qu’il compte faire pour la suite. Il est le moteur de son action.
  • Le sage et le fou 
À la tête d’une structure il faut un sage et un fou. 
Le fou porte la vision, il est dans l’action, il est à l’écoute des utilisateurs. Il déborde d’idées et les met en pratique très vite.
Le sage fait les prévisions, il répresente l’actionnaire, il sera prudent.
Or on ne peut pas être prudent et aventurier en mêmes temps !
  • L’argent n’est pas le but mais le moyen
Il ne faut jamais perdre le sens de ce que l’on fait. 
Mon message est qu’il est possible de concilier efficacité économique et humanisme.
L’argent est une nécessité vitale pour l’entreprise, comme la santé pour l’être humain.
Mais il ne doit pas être l’objectif de l’action. 
  • Définir le sens de l’action 
Chez Decathlon notre sens était : Rendre le sport accessible au plus grand nombre. 
« Sports for the Many ». 
Jacques Séguéla nous avait aidé en nous faisant faire un portrait chinois de notre entreprise à ses débuts: si Décathlon était un animal, une voiture….
C’est avec lui et avec cette démarche que nous avons écrit « à fond la forme ».
  • Viser la vision
Une fois que l’on sait le but que l’on souhaite atteindre, le but de cette vision n’est pas d’être atteinte mais de maintenir le cap. 
Le vrai but n’est pas la cible mais le chemin que l’on va parcourir. 
  • Tout penser pour l’utilisateur (et non le client) 
Ne pas confondre client et utilisateur. 
Chez Décathlon 2 achats sur 3 ne sont pas utilisés par celui qui l’a acheté. 
Il faut être centré sur l’utilisateur ! Prendre les décisions pour ceux qui utilisent, et donc centré sur le produit. 
  • L’entreprise libérante 
Laissez de l’autonomie aux équipes. 
S’ils ne font pas d’erreurs il n’apprendront pas et ils ne grandiront pas. 
L’entreprise doit être libérante pour ses collaborateurs. 
Ils seront fiers et heureux d’être utiles. 
  • Les raisons du succès sont souvent les mêmes
Avant de fonder Décathlon, Michel Leclercq avait contribué au lancement de Auchan, et avant cela dès son plus jeune âge il avait entrepris le développement du poulailler familial.
Les points communs entre ses 3 succès:
  1. un commerce militant : un meilleur choix pour les clients. Un commerce qui se bat pour les clients.
  2. des produits exclusifs : incarnant le sens de l’écoute envers nos utilisateurs.
  3. une cause racine : animer un projet et surtout des hommes et des femmes qu’on veut rendre heureux en donnant du sens à l’action.

 

Conclusion : Plus de sens, plus heureux !

Une belle conclusion et des conseils qui me semblent très sensés pour tous les entrepreneurs, intrapreneurs et managers qui veulent fédérer avec humanisme autour de leurs projets. Plus les projets seront porteurs de sens pour ceux qui le gèrent, plus le bonheur se développera au travail.

Aller plus loin : 

« Plus de gens plus heureux ! » est une association dont la raison d’être est de donner envie et d’accompagner les entreprises à avoir un sens généreux incarné. Ils organisent notamment des ateliers ouverts aux dirigeants. Prochaine date : (Re) découvrir le « pourquoi » de mon entreprise, Mardi 23 janvier de 9h à 18h. Au 232 Boulevard Clémenceau – Marcq en Baroeul.

Contact : Laure Gheselle, laure.gheselle @ plusdegensplusheureux.com

 


Pour recevoir les inspirations et expirations autour de cette vie « deux amours » de jonglage entre vie pro et vie perso, inscrivez-vous à la newsletter aléatoiro-mensuelle: 

CTA s'inscrire

Pour comprendre ce qui se cache derrière ce blog, lisez la page « à propos »: 

à propos de deux amours

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités

Une réflexion sur “9 conseils de Michel Leclercq (Décathlon) pour plus de gens plus heureux

  1. Merci pour ce partage et pour cet article très bien construit, ces conseils sont très bien vus et propose une philosophie de réussite intéressante et humaine. J’aime beaucoup ce point de vue sur le sage et le fou. Il est important d’instaurer un cadre de vie apaisant au travail et d’y entretenir le bonheur. Une équipe heureuse c’est une entreprise qui ne peux que se développer !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s